Le manger cru est un mode ancestrale de consommation des aliments. Pour les périodes anciennes, la maîtrise du feu se situerait entre – 450 000 ans et – 250 000 ans, tandis que les traces de domestication du feu en Europe sont liées à l’arrivée de l’Homme moderne, c’est-à-dire il y a plus ou moins 40 000 ans.

Manger cru: des origines à aujourd’hui

Le contrôle du feu a certainement été l’une des plus grandes inventions technologiques de l’histoire de la lignée humaine. La maîtrise du feu a permis d’éloigner les carnivores, de faciliter le travail de nombreux matériaux (bois végétal, roches siliceuses…) et de se chauffer. Il a rendu aussi possible la cuisson de la viande, ce qui a contribué à éliminer de nombreux parasites et à mieux conserver cet aliment carné.

Avant la domestication du feu, nos ancêtres consommaient alors exclusivement de la nourriture qui n’était pas cuite. Et cela a duré plusieurs millions d’années si l’on remonte à nos premiers ancêtres primates. Redevenu mondialement populaire sous le nom de  « raw food » qui signifie « sans cuisson » ou « cru », le manger vivant réapparaît peu à peu. L’intérêt croissant des régimes alimentaires type paléo ou végan participent largement à cette renaissance du cru.

Manger cru: bénéfices santé et esthétique

Les effets positifs du cru sur la santé

La cuisson engendre une diminution des micronutriments (vitamines et minéraux). Consommer des aliments brut permet de profiter de la densité nutritionnelle totale de l’aliment.
De plus, à partir d’environ 50°c, les enzymes digestives sont détruits alors qu’ils sont à l’origine de réactions chimiques qui s’opèrent au sein de notre organisme, notamment pendant la digestion (étape clé où se fait l’assimilation des aliments). Les enzymes digestives jouent un rôle majeur sur la santé de nos intestins et sur la qualité d’assimilation des micronutriments ingérés. L’impact sur notre santé globale est important: exclure le traitement par la chaleur des produits, c’est s’assurer de la conservation de ces protéines catalytiques (enzymes) essentielles à une digestion optimale. Et si notre système digestif se porte bien, l’ensemble de l’organisme aussi.

Les avantages du cru sur la composition corporelle

Le caractère non-cuit des aliments influence positivement notre physique grâce à l’utilisation des réserves énergétiques qu’elle requiert pour être digérée et assimilée. Les aliments à l’état brut sont plus pauvres en calories que les aliments cuits, car la cuisson augmente la valeur énergétique des aliments. La cuisson exige aussi bien souvent (hormis une cuisson vapeur) l’ajout d’une graisse, qui vient augmenter quelque peu l’apport calorique.

Manger cru: comment consommer vivant ?

On ne peut pas consommer n’importe quel aliment cru, au risque de mettre sérieusement sa santé en danger. Une alimentation crue nécessite de sélectionner des produits végétaux qui n’ont pas été exposés à certains produits chimiques (OGM, pesticides et engrais), et des produits animaux extra-frais ou au lait cru.

Ce que vous pouvez manger cru

Globalement, tous les produits animaux peuvent être mangé sans cuisson. Les produits de la mer type crustacés, coquillages, et œufs de poissons ainsi que les organes, comme le foie, en sont de parfaits exemples et représentent les meilleures sources de micro-nutriments pour l’être humain, loin devant tout le reste. La viande et le poisson cru peuvent aussi être consommés sans cuisson, mais la condition sine qua non est la fraîcheur : il faut que cela soit extra-frais. Les produits animaux comme le fromage, le lait, le jaune d’œuf, et le beurre n’ont pas besoin d’être cuits pour être consommé, et ce serait d’ailleurs dommage au vu de leurs excellents apports nutritionnels.

Pour les produits végétaux, dont voici les principaux que vous pouvez consommer cru :

– les graines germées de jeunes pousses
– les courges d’été et d’hiver

– le citron
– les olives
– le concombre
– l’avocat
– les fruits
– les baies sauvages

Les aliments qu’il ne faut surtout pas manger cru

99% des végétaux contiennent des anti-nutriments (très) toxiques pour notre organisme. De fait, certaines techniques de désintoxication sont indispensables à leur consommation: trempage, germination, et fermentation. Suite à ces procédés, il conviendra ensuite de les cuire à une température douce pour une durée plus ou moins longue en fonction de l’aliment.

Les familles de plantes à ne pas consommer cru sont:

– les crucifères,
– les brassicacées,
– les légumineuses,
– les tubercules,
– les amarantacées

– les céréales et graines;

En conclusion

Le manger cru est le mode alimentaire le plus naturel et le plus bénéfique pour notre santé et notre physique, mais cela n’est pas une alimentation physiologique : la cuisson est aussi importante car elle agit comme une pré-digestion en aidant les intestins, pour qui, digérer du cru demande plus d’efforts que du cuit. Le cru ne doit donc pas représenter l’exclusivité de notre alimentation. Il faut varier cuit et cru en donnant la priorité à des méthodes douces de cuisson, pour garder une qualité nutritive intéressante des aliments tout en prenant soin du système digestif.

Ce qu’il faut retenir

  • manger du cru régulièrement voir quotidiennement, mais sans tomber l’excès
  • favoriser le cru d’origine animale et sélectionner le cru d’origine végétale
  • favoriser les cuissons douces et longues

L’être humain : un être de sel. [le sel c’est la santé – Partie 1]

Nous sommes des gens salés. Nous pleurons et transpirons du sel. Les cellules de notre corps sont baignées de liquides salés. Sans sel, nous ne pourrions pas vivre.

The Game Changers (netflix) : manger végan, l’alimentation ultime pour l’Homme ?

Le veganisme a été crée au 19ème siècle par l’église Adventiste alors que l’être humain est un omnivore depuis des millions d’années. Point sur le documentaire Netflix !